Tétine ou pas tétine ?

La tétine est à éviter absolument ! Je vous dis pourquoi et vous explique les 2 questions à vous poser pour commencer à changer cette mauvaise habitude.

Cet article a 4 commentaires

  1. La tétine est entrée dans notre vie avec notre 2ème enfant… Il passait beaucoup de temps à téter notre petit doigt, qu’on a cherché à libérer et à substituer par autre chose, son pouce, un doudou ou… finalement, la tétine (que son grand frère n’avait pas voulu)… Ce petit 2ème n’a pas un an, alors on ne s’inquiète encore pas trop de « comment faire pour qu’il arrête »… même si on préfèrerait qu’il choisisse son pouce : plus facile à retrouver tout seul au milieu de la nuit !
    Pour l’instant, c’est l’ainé, 4 ans et demi, qui tète toujours son doudou, qu’on aimerait bien arriver à faire lâcher !…
    J’ai l’impression qu’il est aussi difficile pour un petit de lâcher ce qui lui procure tant de bien être par la succion, que ce soit une tétine, un doudou ou le pouce… non ?

    1. Bonjour Anaïs, je comprends tellement votre place de parents qui avez essayé de récupérer votre petit doigt ! Dans notre vie de parents, on essaye avant tout de trouver un équilibre pour que la cellule familiale s’y retrouve ! Malheureusement, oui, en effet, tout ce qui se rapporte à la succion devient une dépendance car cela apporte une forme de bien-être à laquelle l’enfant devient dépendant. La tétine, le pouce et sucer son doudou, au final tout se vaut : on se retrouve dans la dépendance et cela à les mêmes impacts que ceux décrits pour la tétine. Dans une situation idéale, l’enfant n’est pas confronté à cette dépendance et il explore d’autres moyens de se procurer un bien-être. Moyens qui seront alors variés : câlins, se raconter des histoires, se défouler, etc. C’est donc l’idée pour aider ton ainé à se passer de la succion : lui proposer d’autres sources de bien-être auxquelles il peut avoir recours tout seul pour qu’il puisse les investir petit à petit. Bonne exploration !

  2. Le besoin de succion est primordiale et normal dans le développement du tout petit non?
    Certains enfants n arrivent pas à téter leur pouce, ne le « trouvent » pas. Je vois bien leur besoin de téter var bien souvent ils s endorment en tentant le biberon. Puis ratatouille quelques secondes plus tard.
    La tétine ou tout autre support à téter est pour moi la réponse à un besoin de l enfant.
    Je suis surprise de vos généralités sur les méfaits de la tétine. « Il peut arriver que » les conséquences ORL, sur l alimentation.. etc.
    Mais c est un pourcentage infime des enfants non!!??
    Je travaille en ds le milieu de la petite enfance depuis presque 15 ans. 99 % des enfants ont besoin de téter une tétine, un ou des doigts, un doudou à un moment donné de leur développement. Et 100% d entre eux arrêtent facilement de téter quand ils sont prêt.
    J aimerai vraiment échanger avec vous sur le sujet. En privé si vous le voulez.

    1. Bonjour Sophie, merci pour votre commentaire. Il est vrai que j’utilise un ton un peu péremptoire dans cette vidéo, ce qui n’est pas à mon habitude. J’ai tourné cette vidéo car j’ai été surprise de voir à quel point la tétine semble faire partie de la normalité dans le développement d’un enfant. L’enfant ne doit pas trouver son pouce ou téter une tétine. Ce n’est pas une obligation. L’enfant ne naît pas avec une tétine. Vous voyez ce que je veux dire ?

      L’enfant naît avec ce besoin de succion qui jusqu’à 6 mois est intense. Ensuite, il diminue et a priori le besoin de succion est comblé lors de l’alimentation. Physiquement la succion, notamment du pouce car elle appuie sur le voile du palais provoque la sécrétion de substances qui aident l’enfant à se calmer. Le challenge serait alors d’apporter à l’enfant d’autres outils pour l’aider à se calmer. D’où toute l’efficacité et l’importance de la relaxation et du yoga pour les tout-petits qui sont initiés dans de nombreuses structures. L’apprentissage de la langue des signes, en favorisant l’expression, la communication et la compréhension est aussi un bon outil pour permettre à l’enfant de diminuer ses frustrations en les partageant.

      En structures, j’observe en effet à quel point la présence de la tétine est importante. Je pense qu’elle correspond à un compromis intelligent : grâce à sa tétine, l’enfant va pouvoir se calmer seul, ce qui évite des pleurs à rallonge et la disponibilité d’un professionnel à chaque pleur pour apaiser l’enfant.

      Pour les 100% des enfants qui arrêtent facilement de téter quand ils sont prêts que vous évoquez, je suis plus partagée, car arrêter de sucer son pouce ou sa tétine peut parfois être très long et très compliqué. De plus, les orthophonistes observent en cabinet les impacts de la succion de la tétine sur la dentition et la prononciation.

      Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à répondre à ce commentaire ou en utilisant le formulaire de contact si vous souhaitez continuer cet échange en privé.

Laisser un commentaire

 

Fermer le menu