Mon enfant est haut potentiel, bonne ou mauvaise nouvelle ?

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler des « hauts potentiels ». On qualifie souvent un enfant de « haut potentiel » (HP) après avoir fait un test de QI qui définit les différents types d’intelligence.

Alors, bonne ou mauvaise nouvelle ?

1. Le point de vue de l’enfant

Ce test peut aider (en fonction de l’âge de l’enfant) à mieux se comprendre. C’est plutôt positif pour lui de le savoir, car il peut se sentir différent et cela met du sens à cette différence.

À l’inverse, certains enfants n’ont pas envie que l’on mette des mots sur cette différence. Cela peut donc être négatif, car en le qualifiant de « haut potentiel » on installe cette différence que l’enfant combat.

En fonction de l’enfant, essayez donc d’être attentif à ce que cela peut provoquer chez lui.

2. Le point de vue du parent

Ce peut être une bonne nouvelle, car cela signifie que mon enfant va avoir des facilités.

Et de l’autre, cela annonce le fait que mon enfant est différent et que de facto il va falloir fonctionner différemment et s’adapter.

Comment cela résonne en vous en tant que parent ?

On retrouve souvent chez les hauts potentiels une part d’hérédité. Le découvrir chez son enfant, peut également aider à mieux se connaitre. Cela peut mettre des mots et du sens sur ce qui s’est passé dans votre vie et être très fort au niveau émotionnel.

La question de l’hypersensibilité

Tous les « hauts-potentiels » sont hypersensibles. L’inverse n’est pas vrai. L’avantage de ce diagnostic va être de pouvoir interroger l’hypersensibilité de chacun des membres de la famille.

En tant que professionnelle, le diagnostic clarifie et aide à diriger la prise en charge.

À l’inverse, pour les parents cela peut être quelque chose de « fixant », il y a vraiment une acceptation à faire au niveau de ce qui se passe.

3. Le point de vue de la société

De manière générale, les haut potentiels peuvent être valorisés car on les perçoit comme des personnes plus intelligentes que la moyenne. Cependant, cela peut aussi faire émerger un complexe d’infériorité : « c’est trop facile pour eux ». Cela rend très peu service à ce qu’ils sont vraiment, car effectivement il y a une intelligence élevée mais l’hypersensibilité fait qu’ils ont plus de mal à s’adapter à cette société. La société ne leur renvoie pas un regard juste, ce qui peut être compliqué à gérer pour l’enfant et pour les parents.

En conclusion, si vous apprenez que votre enfant est « hp », essayez de voir l’ensemble du spectre. L’objectif va être comme pour tout enfant de faire émerger ses potentialités. Mais avec un enfant « hp » ce travail est d’autant plus intense, car ce sont des enfants souvent très intense. Dans l’éducation cela demande d’être bien positionné par rapport à ce que l’on veut transmettre et comment le transmettre. C’est du travail mais c’est aussi une grande richesse, car cette sensibilité et cette intelligence en font des êtres très précieux. 

N’hésitez pas à me partager en commentaire vos témoignages.

À bientôt,

Cet article a 2 commentaires

  1. merci pour ton article. Très juste, comme toujours 😉

    1. Merci pour ton retour !

Laisser un commentaire

 

Fermer le menu