La peur et les enfants

On aimerait protéger nos enfants de la peur et qu’ils avancent dans leur vie sans être bloqués par cette peur. Cependant, nous avons conscience que la peur est essentielle, car elle nous permet de prendre des dispositions en cas de danger.

Aujourd’hui, je vous parle de la notion d’équilibre vis à vis de cette peur.

La peur est une émotion d’anticipation

L’enfant aime avoir peur : à travers les histoires ou lorsqu’on se cache, etc.

Lorsque cela reste dans la mesure du supportable, il aime avoir peur car il joue avec cette émotion d’anticipation. En effet, la peur est imprévisible, mais lorsqu’on joue avec son enfant (à se cacher par exemple), il sait qu’il va avoir peur, donc il anticipe son émotion. En ce sens, on accompagne notre enfant à appréhender cette émotion.

L’enfant est confronté à quelque chose qui lui fait trop peur

Votre enfant peut être confronté à des événements qui lui font trop peur. Vous pouvez vous en rendre compte car cela envahit son esprit, son quotidien. L’important ici, est de pouvoir mettre des mots sur cette peur. Vous pouvez le questionner : Qu’est-ce-qui t’a fait peur ? Pourquoi cela t’a fait peur ? Et le rassurer : Je te comprends, cela fait peur.

La peur = perte de contrôle. En parler permet de reprendre le contrôle. L’enfant peut se rendre compte à ce moment là qu’il ne contrôle pas son quotidien et que « n’importe quoi » peut lui arriver « n’importe quand ».

Comment reprendre le contrôle ?

Vous pouvez lui proposer différentes solutions face à sa peur : Il peut se protéger, se battre contre les méchants, appeler à l’aide, crier, etc… Le plus efficace est d’amener l’enfant à inventer ses propres solutions, en lui demandant ce qu’il pourrait faire.

Comment accompagner son enfant dans la peur ?

Jouer à avoir peur aide les enfants à intégrer la notion du contrôlable et de l’incontrôlable. Il est donc important de leur faire découvrir cette émotion. Cependant, suivez son rythme, car cela peut provoquer une peur trop grande.

Exemple : Le jeu du cache-cache

Les tout-petits se sentent souvent submergés lorsque vous vous cachez pour de vrai. Vous pouvez faire semblant au départ de vous cacher et lorsqu’il sera prêt laissez-le vous trouver.

confier votre enfant

Cet article a 2 commentaires

  1. Merci marthe pour cet article.
    Effectivement il faut trouver l’équilibre entre la peur acceptable (même si cela est subjectif ) puis rassurante et amusante…et la peur qui peut être traumatisante sur le moment.
    Pas si simple quand on veut être bienveillant et qu’on a peur de ne plus l’être ! Quel travail d’être grand mère !! Faut-il s’excuser d’avoir fait peur ?

    1. « on a peur de ne plus l’être » : ça veut bien dire que nous aussi en tant qu’adultes on doit travailler sur nos propres peurs !! Et oui, bien sur qu’on peut s’excuser d’avoir fait peur, sans en rajouter pour ne pas « accabler » l’enfant de notre propre culpabilité 😉 Je sais que tu es une super grand-mère !

Laisser un commentaire

 

Fermer le menu