Grosse grosse colère, comment réagir ?

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de ce livre « Grosse colère » de Mireille Allancé, car il décrit pour moi la situation idéale dont la colère de l’enfant peut se passer et se calmer seule. Dans ce livre l’intervention du parent est minime et en même temps permet que la colère de l’enfant s’exprime et se calme d’elle-même.

Interrogeons maintenant, ce qui est compliqué dans la colère en tant que parent. Prendre conscience des moments clefs difficiles pour nous est un premier pas, ne l’oubliez pas !


1.Accueillir la colère de son enfant sans jugement, sans culpabilisation, sans agressivité : facile/pas facile ?

Cela arrive souvent que nous soyons aussi fatigué, irrité et de facto n’avons pas la patience d’écouter la colère de son enfant.

> Étape 1 : Travailler sur l’accueil de ses propres émotions pour accueillir celles de son enfant


2.Ne pas sur-réagir à l’expression de la colère de son enfant : facile/pas facile ?

>Étape 2 : Ne pas amplifier l’expression de l’émotion (enfin…essayer !)


3.Poser une limite sans agressivité : facile/pas facile ?

>Étape 3 : séparer l’émotion de l’enfant de notre façon de réagir (ne pas se laisser impacter !). La mauvaise humeur de l’enfant a le droit d’être là sans envahir l’espace de son parent. Le parent ne se laisse pas toucher par l’émotion de son enfant.


4.Réagir/accueillir : facile/pas facile ?

>Étape 4 : s’isoler pour exprimer son émotion (s’isoler soi-même ou isoler l’enfant).


5.Faire confiance dans le fait que la colère va passer : facile/pas facile ?

>Étape 5 : Laisser la colère de l’enfant s’apaiser seule.


6.Laisser l’enfant revenir simplement : facile/pas facile ?

>Étape 6 : Accueillir l’enfant après sa colère (sans jugement, sans culpabilisation, sans agressivité).

Laisser un commentaire

 

Fermer le menu